samedi 18 novembre 2017

Censurée ou pas ?


Écoutez ma chanson bien douce
Que Verlaine aurait su mieux faire
Elle se veut discrète et légère
Un frisson d'eau sur de la mousse
C'est la complainte de l'épouse
De la femme derrière son grillage
Ils la font vivre au Moyen Âge
Que la honte les éclabousse

{Refrain:}
Quand la femme est grillagée
Toutes les femmes sont outragées
Les hommes les ont rejetées
Dans l'obscurité

Elle ne prend jamais la parole
En public, ce n'est pas son rôle
Elle est craintive, elle est soumise
Pas question de lui faire la bise
On lui a appris à se soumettre
À ne pas contrarier son maître
Elle n'a droit qu'à quelques murmures
Les yeux baissés sur sa couture

{au Refrain}

Elle respecte la loi divine
Qui dit, par la bouche de l'homme,
Que sa place est à la cuisine
Et qu'elle est sa bête de somme
Pas question de faire la savante
Il vaut mieux qu'elle soit ignorante
Son époux dit que les études
Sont contraires à ses servitudes

{au Refrain}

Jusqu'aux pieds, sa burqa austère
Est garante de sa décence
Elle prévient la concupiscence
Des hommes auxquels elle pourrait plaire
Un regard jugé impudique
Serait mortel pour la captive
Elle pourrait finir brûlée vive
Lapidée en place publique

{au Refrain}

Jeunes femmes, larguez les amarres
Refusez ces coutumes barbares
Dites non au manichéisme
Au retour à l'obscurantisme
Jetez ce moucharabieh triste
Né de coutumes esclavagistes
Et au lieu de porter ce voile
Allez vous-en, mettez les voiles

{au Refrain}

jeudi 16 novembre 2017

Enfance moderne





"Une enseignante était chez elle, et à l'heure du dîner, elle a commencé à lire les devoirs faits par ses élèves.
Son mari était près d'elle et jouait à je ne sais quoi sur sa tablette.
 Pendant qu'elle lisait le dernier devoir, les larmes ont commencé à rouler silencieusement sur le visage de sa femme.
 Le mari a vu ça et a demandé:
 - « Pourquoi tu pleures ma chérie? Qu'est-ce qui s'est passé? »
 La femme:
 - « Hier, j'ai donné un devoir aux élèves de première année, sur... le sujet : 'Mon Souhait.' »
 Le mari:
 - « D'accord, mais pourquoi pleures-tu? »
 La femme:
 - « C'est le dernier devoir qui me fait pleurer.
 Le mari curieux :
 - « Qu'est-ce qui est écrit dans ce devoir et qui te faitpleurer? »
 La femme:
 - « Écoute, je vais te le lire :
 « Mon souhait est de devenir un smartphone. Mes parents aiment tellement leur smartphone.
 Ils sont tellement préoccupés avec leur smartphone que, parfois ils oublient de s'occuper de moi.
 Quand mon père rentre fatigué du travail, il a du temps pour son smartphone, mais pas pour moi.
 Quand mes parents sont en train de faire un travail important et que le smartphone sonne,
ils répondent au téléphone à la première sonnerie. Mais pas à moi... même si je pleure.
 Ils jouent des jeux sur leur smartphone, mais pas avec moi.
 Ils ne m'écoutent jamais, même quand je suis en train de leur dire quelque chose d'important.
 Alors, mon souhait est de devenir un smartphone ».
 Après avoir écouté, le mari était ému et a demandé à sa femme :
 - « Qui a écrit ça? »
  La femme:
 - « Notre fils ».

lundi 13 novembre 2017

C'est du gateau

                                              
                                                       Ben moi j'préfère les crêpes !

jeudi 9 novembre 2017

Conversation-32- avec Cora.




- Bonjour Cora ! J’aime beaucoup prononcer votre prénom.
- Hum, j’ai fait un peu la coquette, en réalité je m’appelle Coraline. Je fais partie des filles nées autour des années  trente, condamnées aux prénoms trop longs se terminant, comble de féminité supposée, en « Line ». Elles ont bientôt près de quatre vingt dix ans les  Micheline , Eveline, Jacqueline, et autres Adeline… qui ont simplifié leur appellation d’origine ! Certaines n’ont  gardé que le début du prénom d’autres ont opté carrément pour le «  Line »
- Vous avez raison nous sommes définis par notre prénom...Qu’on l’aime ou pas il nous suit toute la vie. Quand je pense que, mariée deux fois, j’ai eu, avec celui de ma naissance, trois  noms de famille différents !
- Ce qui m’amuse c’est qu’on peut donner un âge d’après les prénoms.
- C’est vrai, nées dans les années cinquante comme ma mère Nicole, ses amies sont soit Nicole soit Françoise! Mais avez-vous remarqué que nous n’évoquons que des prénoms féminins ?
- Ma chérie, nous sommes dans la mouve. Certes les femmes ont toujours lutté pour  leur place dans la société et surtout depuis la moitié du XXIème siècle grignoté de plus en plus de droits. Mais ce qui se passe actuellement avec la libération de la parole des femmes par rapport aux sévices en tout genre d’ordre sexuel infligés par certains hommes est d’une autre nature. Cette parole prise en compte amène les malfaisants, malfaiteurs si tu veux, à devoir rendre compte de leurs actes, à en subir les conséquences. Entre certains belligérants c’est la possibilité d’une guerre ouverte où  la femme est en position de force.
- Après certains excès dans l’un et l’autre camp, les choses s’apaiseront.
_ Je ne le crois pas et si on disait que « la femme est l’avenir de l’homme »  ce dont on est sûr maintenant c’est que « la femme est l’avenir ». Point
Peut être grâce à la parthénogenèse dans quelque millénaire il n’y aura plus que des femmes sur Terre !
- Quelle horrible perspective, Cora !
_ Ne t’inquiètes pas ma chérie, perpétuellement amoureuse, tu as encore le temps de convoler pour la troisième fois !




mercredi 8 novembre 2017