jeudi 14 janvier 2021

COCOriCO !

La COquette COlette ne voulait plus Cohabiter avec ce COquin qui la COgnait. COlin, , COqueluche du quartier auprès des jolies COCOttes se COmportait avec elle COmme un véritable COchon. Pas de jour sans COlères, véritables COrridas, secouant le COttage. Cette triste COmedie n’avait rien de COcasse surtout depuis que COlin avait remplacé le COca-Cola par la COcaïne et acheté un Colt ! Innocente COlombe,fuyant ce venimeux CObra, COlette Conseillée par son COach avait acheté un billet d’avion pour le COlorado .

mercredi 13 janvier 2021

Agréable semaine...

Plaisir à la lecture de "l'Anomalie"et gymnastique manuel
le en travaux de tricot .

dimanche 10 janvier 2021

Pour bien commencer l'année....

Académie : Quarante appelés et peu de lus. PIERRE VÉRON Si je suis élu, je deviendrai « immortel ». Si je ne suis pas élu… je n’en mourrai pas. ANDRÉ ROUSSIN Le bac, c’est comme la lessive : on mouille, on sèche… et on repasse. HENRI TROYAT Un baiser légal ne vaut jamais un baiser volé. GUY DE MAUPASSANT Cocu : Un entier qui partage sa moitié avec un tiers. ALPHONSE ALLAIS Je vais vous raconter une histoire terrible sur la contraception orale. J’ai demandé à cette fille de coucher avec moi. Elle m’a dit « non ». WOODY ALLEN Un homme avait tant de dettes, tant de dettes que, pour essayer de s’en acquitter, il se mit à fabriquer de la fausse monnaie. La police le surprit. – Que faites-vous là, malheureux? – Je fais ce que je dois. ALPHONSE KARR Palsambleu, morbleu, ventrebleu, jarnibleu ! Dieu aussi a eu son époque bleue. JACQUES PRÉVERT Distances : les seules choses que les riches veulent bien que les pauvres gardent. AMBROSE BIERCE Elle est très bien, vue de dot. GEORGES FEYDEAU Un peu d’Eire, ça fait toujours Dublin. JEAN-PAUL GROUSSET L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui ! PIERRE DESPROGES Épitaphe : Quelques vers sur beaucoup d’autres. LÉO CAMPION Été : Pourri quand il est frais. ROGER LA FERTÉ Favorite : Morceau de roi. LÉO CAMPION La bigamie, c’est quand on a deux femmes; et la monotonie, c’est quand on n’en a qu’une ! COLUCHE Elle s’est donnée à moi, et c’est elle qui m’a eu. SACHA GUITRY Les femmes ? Je suis contre, tout contre. SACHA GUITRY On les a dans les bras, puis un jour sur les bras et bientôt sur le dos. SACHA GUITRY Et le désir s’accroît quand l’effet se recule. PIERRE CORNEILLE Le prince baise la main de la comtesse et s’affaisse. ALEXANDRE DUMAS Un croyant, c’est un antiseptique. RAYMOND DEVOS Il n’y a pas de femmes frigides : il n’y a que des mauvaises langues. COLUCHE Vous qui voulez planter des arbres fruitiers en appartement, adressez-vous au greffe du parquet. FRANCIS BLANCHE Elle m’avait dit un jour : « Chéri, est-ce que tu savais qu’oroscope, idrogène, ipocrite et arpie ne sont pas dans le dictionnaire ? » SACHA GUITRY Elle est trop honnête pour être au lit. FRÉDÉRIC DARD Je t’aime, aujourd’hui plus qu’à Hyères et bien moins qu’à Denain. FRÉDÉRIC DARD Le comble de l’inattention ? Prendre l’édit de Nantes pour une Anglaise. MARCEL PROUST Il y a loin de la croupe aux lèvres. BORIS VIAN Je vous recommande ce livre. Vous pouvez le lire les yeux fermés. GABRIEL DE LAUTREC Les lois, elles, on peut les violer sans qu’elles crient. TALLEYRAND Mon père est allé à Lourdes. Il ne lui reste plus que Lisieux pour pleurer. COLUCHE Le flux et le reflux me font marée. RAYMOND DEVOS La mère faisait les ménages, la fille les défaisait. GEORGES FEYDEAU La mort est un manque de savoir vivre. PIERRE DAC C’est pas dur la politique comme métier ! Tu fais cinq ans de droit et tout le reste de travers. COLUCHE Il faut qu’une porte soit ouverte ou d’une autre couleur. PIERRE DAC Le seul prix qui intéresse vraiment un écrivain, c’est le prix du livre. GUY BEDOS Plus je grossis et plus je m’aigris. PHILIPPE GELUCK J’ai pris mon rhume en grippe. SACHA GUITRY Peu d’hommes sont des saints, toutes les femmes en ont. RAYMOND QUENEAU Si vous ne vous sentez pas bien… faites-vous sentir par un autre. FRANCIS BLANCHE C’est quand on serre une femme de trop près qu’elle trouve qu’on va trop loin. ALPHONSE ALLAIS La seule véritable bête de somme, c’est la mouche tsé-tsé. PIERRE DAC Les bons crus font les bonnes cuites. PIERRE DAC

vendredi 8 janvier 2021

mercredi 6 janvier 2021

Souzy-la-Briche, le château secret des présidents et Premiers ministres

Le Parisien, 25-10-2020. "On connait le fort de Brégançon ou la Lanterne, mais pas cette villégiature nichée à 40 km de Paris qui accueille depuis 1972 présidents et Premiers ministres. Plongé dans les coulisses de ce refuge caché raconté par ses hôtes prestigieux. Le domaine de Souzy-la-Briche, légué à l’État en 1972, aujourd’hui dévolu à l’usage exclusif du Premier ministre. Abaca/JDD/Gilles Bassignac La République ne lésine pas quand il s'agit du repos de ses dirigeants. Il y a les lieux de villégiature bien connus du grand public, comme la résidence de Brégançon (Var) où le président se repose l'été. Aussi celle de la Lanterne, près de Versailles (Yvelines), destination idéale pour souffler le week-end et jouer au tennis. Mais un autre refuge, beaucoup plus secret, situé à 40 km au sud-ouest de Paris, séduit autant qu'il intrigue par son nom bucolique : Souzy-la-Briche. Dans ce village de 400 habitants niché au cœur de l'Essonne, la départementale 132 fait un virage sec devant un portail encadré par deux tourelles. Bienvenue dans la plus méconnue des propriétés de l'État, aujourd'hui dévolue à l'usage exclusif du Premier ministre. « Profites-en bien, glissa un jour Manuel Valls à Édouard Philippe. Cela fera partie de tes regrets quand tu auras quitté Matignon. » De l'extérieur, impossible d'entrevoir quoi que ce soit. Un haut mur d'enceinte, doublé d'une rangée d'arbres gigantesques, dissimule une immense propriété. Elle possède un grand canal peuplé de canards, une maison de maître avec ses dépendances, une carrière pour chevaux, des bois et des tonnelles couvertes de roses, que fit planter le socialiste Bernard Cazeneuve. En arrivant, l'endroit est quelque peu surprenant. Et pour cause ! Une petite chapelle gothique du XIIIe siècle jouxte le plan d'eau… Là, sont enterrés Jean-Jacques Simon et sa femme Renée, à côté de la tombe de leur chien Poppy. Ce couple, dont le mari fit fortune dans la banque, légua ce domaine de 280 ha à l'État en 1972. En posant toutefois une condition : que le domaine soit réservé « à la plus haute autorité de l'exécutif ». Pour s'assurer que la règle ne soit pas oubliée, le testament est gravé sur les sépultures. Et un postulat que se sont transmis depuis tous les occupants : pour vivre heureux, vivons cachés. Le domaine qui se situe à 40 km au sud-ouest de Paris s’étend sur 280 ha. Gamma/API Le domaine ouvert une seule fois au public « Je sais qu'il y a des visiteurs sur place quand je vois les gendarmes garés devant la résidence, mais jamais avant », raconte le maire Christian Gourin. Ici, la confidentialité est plus que jamais de mise. Le domaine ne fut d'ailleurs ouvert qu'une seule fois, pour les Journées du patrimoine en 1995. Et les habitants de la commune furent autorisés à se promener, mais uniquement dans les jardins. Depuis, l'opération n'a jamais été rééditée. Ce qu'on appelle le « château de Souzy-la-Briche » ressemble plutôt à une maison de maître, une gentilhommière un brin vieillotte. Au rez-de-chaussée, se trouvent un salon avec piano et une bibliothèque dotée d'une cheminée. Les étagères sont remplies de livres de la Pléiade annotés par François Mitterrand, dont le grand fauteuil en cuir noir vieilli par les ans est toujours conservé. Esprit es-tu là ? « Quand on se dit qu'il s'y est assis, Chirac aussi, puis tous les Premiers ministres depuis… ça donne quand même le frisson », témoigne un visiteur. Le premier étage est occupé par plusieurs chambres, dont celle du Premier ministre. Les combles ont aussi été aménagés pour recevoir des invités. Ambiance familiale et amicale. Le charme des lieux n'est pas nouveau. Au début des années 1980, François Mitterrand jette son dévolu sur cet écrin de verdure. Le socialiste abrite là sa seconde famille. Sur un banc, il bouquine dans le parc en regardant Mazarine s'adonner à l'équitation. Le manège qu'il a fait construire pour sa fille est aujourd'hui envahi par les mauvaises herbes. Moments intimes… où il apprécie également les « longues matinées paresseuses », comme il l'écrira. Au début des années 1980, François Mitterrand a choisi Souzy-la-Briche pour y abriter sa seconde famille, dont Mazarine. DR Tout change sous Nicolas Sarkozy Avec Jacques Chirac, le domaine est moins fréquenté. Il s'en sert par éclipses, soit pour héberger sa bellemère, soit pour accueillir des personnalités étrangères. Puis tout change sous Nicolas Sarkozy. Le nouveau président s'empare de la Lanterne, dévolue jusqu'alors aux hôtes de Matignon. En guise de compensation, Souzy-la-Briche est attribuée aux Premiers ministres. Une sorte de troc. Seulement, François Fillon, qui dispose déjà d'un manoir dans la Sarthe, n'est pas intéressé. « Je n'y suis jamais allé », confie-t-il au Parisien. « Il n'en voyait pas l'intérêt, ça ne le tentait pas », se souvient une ancienne collaboratrice. Le dernier hôte en date, lui, ne boude pas son plaisir. Depuis qu'il a été nommé à Matignon, en juillet dernier, Jean Castex se met régulièrement au vert à Souzy-la-Briche. « Le Premier ministre apprécie le lieu, car c'est calme et verdoyant, commente sobrement son entourage, sans volonté d'en dire beaucoup plus. Il peut s'extraire du quotidien, parfois lourd et pesant du pouvoir. » A Paris, l'ex-maire de Prades (Pyrénées-Orientales) vit dans les appartements de fonction de Matignon. Alors, certains samedis, toute la famille aime à se retrouver dans ce coin vallonné, au sud de l'Ile-de-France. Depuis la capitale, comptez 45 minutes en convoi escorté par des motards. Le sac de frappe d'Édouard Philippe C'est que les distractions y sont variées. Le parc est si grand qu'il n'est nul besoin d'en sortir pour faire son jogging. On peut s'oxygéner sans croiser un paparazzi. Fana de course à pied mais aussi de boxe, Édouard Philippe y fait installer en 2017 un sac de frappe dans un cabanon. Parfois, il joue au foot avec ses fils, pendant que son épouse Edith organise des barbecues. Leur fille, elle, profite de ces moments pour faire du poney. « Édouard est souvent venu à Souzy quand il ne pouvait pas aller au Havre, rapporte l'un de ses amis. Cela pouvait lui arriver de se plonger pendant des heures dans le bureau, avec un bon bouquin. Il se sentait comme dans une bulle, même s'il emportait toujours avec lui un ou deux dossiers. » Dans cet antre, Philippe convie sa bande de copains : les ministres Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu, les parlementaires Gilles Boyer et Thierry Solère, le conseiller Charles Hufnagel. Son directeur de cabinet Benoît Ribadeau-Dumas passe parfois déjeuner, le samedi. C'est le cuisinier de Matignon qui prépare les plats, apportés depuis Paris. Quant aux gardes du corps, au médecin et au « transmetteur » (opérateur radio de l'armée de terre), ils logent dans une dépendance. Il y a aussi un intendant qui vit sur place. En plus d’un immense parc, le domaine dispose d’une petite chapelle gothique du XIIIe siècle et d’un plan d’eau./ABACA/JDD/Gilles Bassignac Il arrive que le week-end soit studieux. « Je suis allé à Souzy pour la première fois en juin 2014, raconte Manuel Valls. J'y ai organisé un séminaire avec les membres de mon cabinet. » Le soir, devant la télévision, les conseillers soufflent en regardant les matchs de la Coupe du monde de football au Brésil. C'est peu dire que l'élu de l'Essonne a eu un coup de cœur pour cet endroit, dont Jean-Marc Ayrault lui avait parlé pendant la passation de pouvoirs. Hollande est venu trinquer une dernière fois Manuel Valls en profite pour se retrouver avec ses enfants, qui vivent à Évry. Il y passe son réveillon sur place à trois reprises : les 31 décembre de l'année 2014, 2015 et même 2016, alors qu'il a pourtant quitté Matignon pour se lancer dans la course à la primaire. Qu'à cela ne tienne : son successeur Bernard Cazeneuve l'invite. Autour de la table, se trouve un autre invité de poids : François Hollande ! Alors que se profile la fin du quinquennat, le chef de l'État est venu trinquer une dernière fois. Il le sait, une page politique est en train de se tourner. Pour lui comme pour ses camarades. Quelques minutes auparavant, il a prononcé ses vœux aux Français, en direct à la télévision. Puis, le président monte en voiture, direction l'Essonne. Une destination qui ne lui est pas inconnue. L'année précédente, il est déjà venu festoyer sur place. Le 1er janvier 2016, en pantalon beige, il joue au football avec Manuel Valls et ses enfants sur les grandes pelouses près de la chapelle. Temps heureux. Les tracas de la politique sont oubliés. Les rivalités, enterrées. Souzy-la-Briche adoucit les mœurs. Depuis la route départementale, on ne peut rien voir de ce qui se cache derrière l’épais mur d’enceinte du domaine."

dimanche 3 janvier 2021