jeudi 14 février 2013

"Le meilleur des mondes".

Vu dans les média un couple de jeunes hommes, au demeurant fort sympathiques, pères de jumeaux; une petite fille, un petit garçon.
Pour "obtenir" ces enfants ils ont expliqué tous les problèmes administratifs et juridiques auxquels ils ont été confrontés et la fortune en dollars qu'ils ont dû débourser. Leurs larges sourires indiquaient que ce n'étaient que détails, heureusement réglés, de même que les excellents rapports amicaux avec la mère porteuse  (d'un ovocyte étranger fécondé par les deux,?, hommes) et sa famille.
Techniquement parfait.
En regardant ces visages de nouveaux- nés pressés contre contre le tissu luxueux de vestons de grande marque on pouvait se poser quelques questions :
Depuis ces dernière années les pédopsychiatres nous bassinent avec le fait que nos personnes se construisent dans les premiers mois de la vie . Sans aborder de trop hautes sphères psychologiques on ne peut qu'imaginer un manque de rapport à la féminité dans ce qu'elle a de plus basique, le toucher de la peau, la particulière chaleur du contact, le parfum et la voix, surtout la voix ...Il parait, maintenant que ce n'est pas important.
Il n'y a guère un homme changeant les couches d'un bébé ou donnant un biberon était ridiculisé, heureusement nous avons évolué. Trop vite peut-être ?
Si un jour ces enfants se demandent qui est leur mère qui leur désignera-t-on? La donneuse d'ovocyte, la mère porteuse, la nurse qui les aura éduqués? Il y a fort à parier que les choses seront si bien aménagées qu'ils ne se poseront  même plus la question ...
Ne pas trop réfléchir au futur rôle des femmes-mères dans la naissance et l'éducation des enfants...
Le véritable projet égalitaire et libérateur entre les sexes se réalisera quand les enfants feront toute leur gestation en éprouvette jusqu'à la naissance et combleront sans problème, pour tous les types de couples ou de célibataires,"le droit à l'enfant".
Des esprits humanistes prônaient une vision égalitaire entre tous les citoyens du monde. Bien au contraire le fossé s'élargit entre le mode de vie des différentes populations et pas seulement d'un point de vue matériel. Dans le tiers ou le quart monde on peut penser à tous ces enfants indésirés, à leur misère, qui meurent dans l'indifférence générale...

Pour l'instant on nous enfume avec ces questions médico-sociétales dans l'espoir de nous faire oublier les urgences en particulier le chômage, la récession, sans parler de "la guerre gagnée" au Mali et qui ne fait que commencer...

6 commentaires:

  1. Les questions que tu soulèves, me semble de bonnes questions. Maintenant, j'avoue ne pas avoir de réponse qui me satisfasse et qui puisse, éventuellement faire de même avec les tiennes. Une chose me semble malgré tout évidente, ne va-t-on pas trop vite à apporter des réponses à des questions qui ne se posent pratiquement pas ? N'a-t-on pas joué les apprentis sorciers comme nous le faisons (et le regrettons) trop souvent.
    Je t'embrasse au passage ... SMAC !

    RépondreSupprimer
  2. Moi je suis pour une certaine tolérance mais je me demande jusqu'où peut -on aller?
    Par ailleurs il me semble qu'actuellement il y a des problème plus urgents à régler: la pauvreté, les inégalités sociales, le chomage....Et plein d'autres. Une mobilisation sur ces sujets serait la bienvenue.

    RépondreSupprimer
  3. Quel sera le patronyme d'un enfant qui aura deux papas ?
    H5

    RépondreSupprimer
  4. D'accord avec toi pour tout...
    Juste a voix, çà peut se régler.... les castrats étaient de vrais sopranis...
    Et puis désir d'enfant.... est -il bien utile et même généreux d'utiliser les moyens aussi artificiels, quand il y de par le monde tant d'enfants qui ont besoin d'un foyer???
    D'ailleurs c'est un faux problème: je viens d'un milieu où depuis l'enfance, j'ai rencontré des couples de messieurs aussi solides que d'autres; certains avaient des enfants... pas forcément européens, mais qui ont reçu une bonne éducation, un bon départ dans la vie. Et sans qu'il soit besoin de passer ni à la mairie, ni à l'église...
    Taubira, n'est pas Simone Weil, la loi sur l'avortement était vitale.
    Le mariage Gay ne l'est pas, non plus que la PMA... Nombre de couples hétéros vivent ensemble sans se marier, adoptent des enfants, les homos peuvent en faire autant.Et si on pousse le bouchon un peu plus loin, le mariage n'est-il pas une institution obsolète: qui protège-t-il et de quoi???

    RépondreSupprimer