vendredi 20 décembre 2013

Conversation avec Cora -6-



- Ah ! Oui, je te parlais de ce ministre en cette époque d’après la guerre de 14-18. On avait dit : plus jamais ça, la paix pour toujours, et les années de 1920 à 1939 étaient joyeuses et insouciantes. Ce bon ministre ventru et moustachu avait épousé, alors apprenti politicien ambitieux, une jeune héritière aussi sotte que laide mais pourvue d’une immense fortune. Dès les épousailles il s’était montré indifférent, les années aidant tout à fait détaché, à tel point qu’il n’amenait pas son épouse à Paris. Il y vivait sa vie de politique et d’homme. Une situation comme chez Maupassant. Il ne revenait dans leur superbe demeure qu’avec des amis pour des chasses sur « ses » terres et les opulents banquets qui suivaient. C’est là qu’Eugénie entre en scène. "Monsieur" ne lui avait rien caché de la situation, d’une part la neurasthénie de Madame, qui avec l’âge tournait au gâtisme. Elle nécessitait des soins infirmiers, on devait l’alimenter son état nécessitait une présence constante. D’autre part il fallait  aussi une personne de confiance pour tenir le rôle d’hôtesse, cuisinière, maître d’hôtel lors des réceptions. Eugénie était sensée remplir l’ensemble de ces tâches.


- C’était de l’esclavagisme !
- Génie ne le voyait pas ainsi, toute dévouée à ce couple bizarre quelle plaignait surtout d’être sans enfants et considérait que tout travail était une bénédiction. Le plus grand avantage qu’elle voyait à la situation était que sa jeune fille, ma mère, contre quelques heures de lecture pour la somnolence de Madame, profitait de la situation, enfin logée et nourrie dans de bonnes conditions avec la possibilité de poursuivre confortablement ses études.
Génie nous amusait beaucoup en nous racontant les soirées de retour de chasse de ses messieurs. Le travail préalable était harassant pour la préparation des gibiers de tout poil et de toute plume. Puis il fallait dresser le couvert avant de s’occuper de Madame. D’abord la piqûre quotidienne puis l’habillement :
 - Je suis jolie, Génie ? Vous croyez que mon mari sera content ?
- Madame est très belle… surtout quand elle est bien calme.
La pauvre femme paraissait à table le temps que son mari l’excuse auprès des convives au prétexte de sa fatigue avant qu’elle n’ait sorti quelque énormité. Parfois elle tapait du  pied :
- Je veux rester. Ou :
- Je veux bien me retirer mais avec Génie. Le service était alors interrompu, ma grand-mère remarquant, avec peine, le peu de cas que ces vaillants chasseurs, à commencer par son mari, faisaient de cette pauvre femme.
Plus tard son époux, ne la voyait pratiquement plus, il la cachait complètement  sans souci du chagrin provoqué. Souvent elle refusait de se coucher :
- Génie je veux retrouver Monsieur à Paris. Il fallait alors jouer toute une histoire. Lui raconter le chemin vers la gare, parler des bagages dans le filet , lui passer une chemise de nuit appelée « pelisse de voyage »… enfin la faire monter dans son lit en lui expliquant que le marche- pied du wagon était un peu haut… Elle s’endormait dans son lit douillet louant le confort du chemin de fer. Génie nous racontait la scène avec humour mais beaucoup de tendresse pour cette femme innocente à la vie gâchée et qu’elle avait accompagnée jusqu’à sa fin solitaire.
- Elle était vraiment compatissante.
-  Mieux que cela. Je voudrais te raconter un des derniers souvenirs que j’ai de ma grand-mère. C’était beaucoup plus tard après la guerre de 1939-1940. Génie avait été élue d’office présidente des Femmes Françaises de la ville. Elle avait accepté voyant là une possibilité de solidarité, se moquant du fait qu’il s’agissait d’un mouvement politique, communiste en l’occurrence.
 En fait avec l’occupation allemande le conflit a duré jusqu’à la libération de 1944. J’étais à peine sortie de l’enfance et, pas plus que les adultes qui m’entouraient, je n’avais eu connaissance de l’abomination des camps de concentration. C’était une chaude journée d‘été, le garde- champêtre passait de maison en maison dans l’Avenue de la Gare :
- « On  a téléphoné à la mairie que des déportés ( ?)  en provenance de Dachau ( ?), en Allemagne, arrivaient cet après midi par le train. Ils sont tous de la région et seront logés au Grand Séminaire avant de rentrer dans leurs foyers. Ils sont en mauvais état. Il faut prévoir des boissons reconstituantes, mais on nous a bien dit : rien de solide. »
Dans la cour, près du portail d’entrée grand ouvert, sous le trépied de fer, Génie a fait un gros feu de bois me demandant de l’alimenter sans cesse. Dans le lourd chaudron de cuivre elle a préparé un « tourin » à la tomate enrichi de tous les légumes du jardin. Sur une petite table elle a disposé la vieille passoire cabossée, tous les verres et les tasses de la maison. Vers quinze heures nous avons entendu le train et son bruyant freinage. Puis une longue attente. Nous n’en croyons pas nos yeux : du haut de la rue descend une effroyable cohorte. Des hommes hagards, crane rasé brillant cruellement sous le soleil, squelettes flottants  en pyjamas rayés, avancent en titubant. Soutenus, qui par des béquilles, qui par des infirmiers. Beaucoup sont sur des civières. C’est atroce et tellement inexpliqué, inexplicable ! Pas le temps de se poser des questions. Génie reprend vite ses esprits. Nous filtrons le bouillon tiède dans les verres et les présentons à ces malheureux qu’il  faut faire boire à petites gorgées. Certains ont du mal à déglutir d’autres esquissent un sourire comme une cicatrice sur les os de leur visage. Ils passent. Tout l’après midi les trains et leurs voyageurs fantomatiques se succèdent… Au soir, Génie en larmes s’est effondrée près de son chaudron.
C’était pour elle la fin d’un monde.
Elle est partie peu après d’une terrible maladie dont elle avait souffert en silence pendant des mois.
Pardonne-moi, mon amie si je pleure, il y a si longtemps, mais je l’ai tant aimée.

Allons, si tu n’es pas découragée, je te parlerai du mari de Génie, mon grand-père Édouard, et comme on dit maintenant : - Ce ne sera pas triste !



       

11 commentaires:

  1. Te mando un beso y felicidades Navideñas desde Murcia.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Manouche pour ces textes d'une grande humanité.
    Je t'embrasse ma poulette.

    RépondreSupprimer
  3. alors..
    j'attends la suite
    avec enthousiasme et impatience...
    bizzzz

    RépondreSupprimer
  4. Aussi je suis aux larmes, avec le cœur accablé...
    quel histoire, je serai ravi de connaitre la de son grand père.

    Bisous

    RépondreSupprimer
  5. Todos tus textos son constructivos y ayudan a despejar la mente

    RépondreSupprimer
  6. Je suis passionné par les "Conversations avec Cora" or je ne trouve pas trace du chapitre 5.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Descend un petit peu...
      Joyeux Noël
      Bizzzzzzzzzzzzz

      Supprimer
  7. Quelles histoires! C'est, hélas, la vie avec ses souffrances et ses épreuves. C'est très bien raconté Manouche.

    RépondreSupprimer
  8. Très émouvante page de littérature, nous attendons tous la vie du grand-père !...

    RépondreSupprimer
  9. Te deseo felices fiestas
    Un fuuerte abrazo desde Andalucia

    RépondreSupprimer
  10. Esperaremos más acontecimientos. Felices días y besos.

    RépondreSupprimer