vendredi 2 décembre 2011

"Recherches sur personnes disparues".














Après trente cinq siècles il n'y a plus guère de mystère en ce qui concerne la reine-pharaon Hatchepsout.



Tout avait pourtant été fait pour qu'elle sombre dans l'oubli, mais ce personnage fascine les égyptologues qui ont oeuvré de longues années pour rétablir son histoire, celle de sa personne, celle de son règne, retrouver et étudier sa momie . Les moyens d'investigation modernes, radiologiques et chimiques ont parfait la connaissance de ces vestiges, certains restés sur place d'autres dispersés dans divers musées.



Au musée égyptien de l'Université de Bonn se trouve une des fioles ayant appartenu à la reine Hatchepsout, elle contient encore un onguent dont la composition évoque une pommade contre l'eczéma : huile de palme, huile de noix de muscade mais aussi de la créosote. Or l'un des composés de la créosote, le benzopyrène est un hydrocarbure fortement cancérigène . On sait que le décès d'Hatchepsout a été provoqué par un cancer; les savants chimistes- chercheurs allemands, pères de cette découverte, pensent qu'Hatchepsout a été la victime de sa pommade...









5 commentaires:

  1. @ almanachronique:
    La pôvre, comme disait mon grand'père, elle ne doit plus souffrir des dents!

    RépondreSupprimer
  2. Ici il y a de tout, des ponts et des reines d'Egypte, j'y ajoute une bise de la part de Fidel et une de ma part pour faire bon poids.

    RépondreSupprimer
  3. le bourdon masqué3 décembre 2011 à 19:49

    Z'avaient pas de pommade "bio" ?
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
  4. @ La Mère Castor:
    T'as ben raison la Mê,
    Ici c'est le bazar , le bric- à- brac gitane, mais on y trouve plein de bisous, entre les lignes et les images, pour les gentils visiteurs...

    RépondreSupprimer